Présentation

L'établissement

         L'EPSP-DE-DRARIA-Clic... 
        
siege: Polyclinique de Draria
                   Wilaya d'Alger
           Tel: 00 213 21 305048 
  

contact@snpsp-draria.com

MESSAGES

   

Recommander

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

Images Aléatoires

  • DSC04436
  • BELKASMI
  • P4

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Message laissé par Dr Sellah M. (infos) le 12/06/2012 à 20h15

Tout a fé d'accor av vous Dr Griéne ds la lettre o president on peut lire:

""""Ce n’est pas assurément le moindre des paradoxes de relever que ces cercles, que nous avons le courage et la responsabilité d’identifier et de dénoncer, ne sont pas une « abstraction administrative ». Il s’agit, dans les faits, de responsables qui ont pris en otage la santé publique algérienne et qui, ligués dans une communauté d’intérêts indus, sont précisément aux avant-postes pour soi-disant mener les réformes.""""

avec ça le snpsp touche a des intérêts et C le malade qui paye Je suis SNMG mais rien que pour ça je dis vive le SNPSP

 

Message laissé par loldj mohamed le 13/06/2012 à 10h55

certes la problematique de la prise en charge de nos malades dans nos hopitaux publics nous interpellent en premier lieu en tant qu acteurs principaux lies a ce drame mais cela ne devrait pas pour autant nous laisser seul a supporter ce lourd fardeau, nos syndicats ont bien fait de mettre a nu cette calamite ( cancereux sans traitement !!! ) et denoncer cet etat de fait a toute l opinion publique nationale et internationale et c est a la societe civile et politique maintenant de prendre le relais du combat pour mettre fin a cette gestion anarchique d un systeme maffieu de sante public ou tout le monde sait (meme le premier ministre) que des sommes colossales sont attribuees chaque annee a ce departement sans que l on constate la moindre amelioration dans nos services de soins salutations

 

Capture-copie-2
Capture-copie-2
par snps-pdraria

Il y a 11 ans au mois de mai 2001 le SNPSP s'est déja adressé au president de la repubique pour dresser l'état des lieux dans la maison santé qu'en est 'il 11 ans plus tard?

lettre ouverte 2001 1

lettre ouverte 2001 2

                  Acculé sur des dossiers sensibles relatifs aux conditions de prise en charge de la santé des citoyens notamment en matière de disponibilité des vaccins et des médicaments, le ministère de la santé réagit comme à ses habitudes en voulant engager le SNPSP dans une polémique ou la procédure prend le pas sur l'essentiel. En occultant le dysfonctionnement du secteur de la santé que le SNPSP a réussie à mettre à débat public.

La procédure: Les "intérimaires" du ministère de la santé doivent comprendre une bonne fois pour toute que le SNPSP appartient à ses adhérents , que ces adhérents sont tous universitaires et n'ont nullement besoin d'un tuteur aussi Ould abbes soit -il pour veiller à l'application des statuts et du règlement intérieur du SNPSP. Aussi, il n'est nul besoin de s'attarder sur ce volet.

L'essentiel : A travers une lettre ouverte adressée au président de la république le SNPSP vient de dénoncer le dysfonctionnement chronique des services de santé, un dysfonctionnement érigé en système ou praticiens et malades structurent quotidiennement leurs relations en fonction des insuffisances quasi permanentes. Courageusement le SNPSP a aussi dénoncé le sort réservé à la reforme hospitalière pourtant consacrée dans l'intitulé même du département de Mr Ould-Abbes. Un réquisitoire accablant que le ministère de la santé tente d' ignorer en actionnant sa machine répressive. Le bureau national du SNPSP se doit d'être vigilant est de se concentrer sur l'essentiel .

                                                              Dr D. GUEDDOUM

 

 

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE,

MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

 

Monsieur le Président,

                              A l'instar des profondes mutations que connait notre pays, le secteur de la santé fait face à d'importants changements inhérents à une évolution humaine naturelle, mais aussi à des comportements sociaux et individuels qui induisent des impératifs sanitaires nouveaux. La transition épidémiologique induite par les bouleversements socio-économiques que connait notre pays, l'évolution de la recherche et des technologies médicales, l'allongement de la durée de vie ont permis d’identifier les vrais besoins de santé de la population et de mettre au jour d’autres exigences qu’il faudra absolument intégrer et prendre en charge au titre des objectifs de la politique nationale de santé. Des moyens financiers appréciables dégagés pour le secteur, un maillage conséquent du territoire national en structures de santé, une multidisciplinarité concrète et la disponibilité d'un potentiel humain à la compétence et la disponibilité reconnues, ce sont là des moyens qui devraient autoriser une certaine sérénité pour appréhender ces profondes mutations.

                              Dans la réalité, force est de constater que l'organisation structurelle des services de santé est dans l'incapacité de mettre à profit ces moyens pour les traduire en prestations de soins et en actions préventives à la mesure de ce qui est permis d'ambitionner pour notre pays. Une carte sanitaire qui peine à coller à la réalité sanitaire nationale, des perturbations chroniques dans la disponibilité et la distribution des médicaments et des vaccins, des plateaux techniques en souffrance de maintenance, ajoutés à l'émergence non régulée d'un secteur privé qu'il est urgent de mettre au diapason des exigences du système national de santé. En fait de gestion, patients et praticiens en butte aux mêmes insuffisances, structurent quotidiennement leurs relations dans un système de dysfonctionnements qui compromet la concrétisation des programmes nationaux de santé publique de par leur gestion administrative souvent approximative, voire aléatoire.

Monsieur le Président,

                      Les bouleversements socio-économiques que connait notre pays nous imposent de faire face à la prévalence de pathologies qui ont pour origine les modifications des modèles de consommation ainsi que des problèmes environnementaux liés aux comportements humains. La demande de soins induite par ces bouleversements se doit d'être hiérarchisée, quantifiée, évaluée à travers des paramètres scientifiquement établis. La santé communautaire, la recherche appliquée qu'il est important de promouvoir peuvent être menées par nos praticiens de santé publique afin d'établir les profils épidémiologiques pour chaque entité géo-sanitaire et orienter par la même nos programmes de prévention. Pour ce faire, le ministère de la santé doit s'ouvrir aux compétences en s'affranchissant des comportements autosuffisants et autarciques qui sclérosent l'initiative. Un ministère obnubilé par la collecte des chiffres et des données statistiques accommodés et qui conduisent immanquablement à des incohérences et des attitudes irrationnelles dans l'usage de ressources bien souvent évanescentes. Et que dire du fonctionnement de nos caisses d'assurance maladie qui peinent à actualiser la nomenclature des actes médicaux et paramédicaux et d’en réviser la tarification? Au surplus, un tel réajustement ne serait en vérité qu’un rattrapage, à l’image de la revalorisation salariale et des retraites que vous avez eu la clairvoyance de décider et d’imposer.

Monsieur le Président,

                             Les reformes initiées par vous même se proposaient de prendre en charge toute cette problématique à travers une refonte complète du système national de santé. Notre formation syndicale, consciente de l'enjeu de ces réformes, a de tout temps soutenu et accompagné leur processus de mise en œuvre. A notre grand regret, nous constatons que les meilleures volontés peuvent toujours être bridées par les cercles rentiers dont la seule expertise reconnue est de dresser des entraves à la réussite des réformes qui nous préoccupent. Ce n’est pas assurément le moindre des paradoxes de relever que ces cercles, que nous avons le courage et la responsabilité d’identifier et de dénoncer, ne sont pas une « abstraction administrative ». Il s’agit, dans les faits, de responsables qui ont pris en otage la santé publique algérienne et qui, ligués dans une communauté d’intérêts indus, sont précisément aux avant-postes pour soi-disant mener les réformes. En cherchant à disqualifier les partenaires sociaux comme il vient de le déclarer, Monsieur le Ministre de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière tourne le dos aux chances de réussite du processus de redressement du secteur dont il est en charge.

                                Dans une de vos allocutions, vous recommandiez, Monsieur le président : " C’est dans la concertation inclusive, participative et transparente que l’on peut puiser les solutions les plus efficaces pour un développement durable". Monsieur le ministre de la santé gagnerait à traduire cette recommandation dans les faits, dans sa stratégie de refonte de la "loi sanitaire", une loi qu'il est temps de revisiter mais qui nécessite, pour ce faire, une "concertation inclusive, participative" avec l'ensemble des acteurs concernés, sans quoi l'exclusion qui semble être la seule voie prônée actuellement par Monsieur le ministre de la santé, conduirait inexorablement vers l'impasse. Votre recommandation, Monsieur le président, doit être aussi le fil conducteur des rapports de partenariat que devraient entretenir l'administration et les organisations syndicales relevant du secteur. A l'heure où les acteurs de la santé publique à tous les échelons revendiquent leur implication dans la conception, la conduite et l'évaluation des actions de santé publique , l'administration hostile à ce processus multiplie les entraves à l'exercice syndical et au droit de grève par la suspension des délégués syndicaux (Alger, Ouargla, Tamanrasset, Sétif, Bordj-Bouarreridj), par son ingérence dans le fonctionnement des organisations syndicales et par le recours systématique à la justice pour interdire le droit à l’arrêt collectif et concerté du travail, pourtant consacré aux travailleurs en cas d’échec de la négociation, pour défendre leurs revendications socioprofessionnelles. Une démarche qui n'est pas de nature, en l’occurrence, à permettre la construction de partenariat efficient que nous appelons de nos vœux et qui en constitue la matrice de nos revendications.

 Monsieur le Président,

                           Il est regrettable que le monsieur le Ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, à travers des déclarations de presse intempestives et quotidiennes, réduise notre revendication de plan de carrière à une demande d'augmentation de salaire bassement corporatiste. Cette entreprise de sape et de diabolisation d’un corps professionnel au cœur du dispositif de santé de tout un pays n'est pas de nature à préserver la confiance de nos concitoyens dans le personnel soignant.

                          Le syndicat national des praticiens de santé publique au nom des milliers de médecins, de chirurgiens dentistes et de pharmaciens algériens ayant à charge la santé de la population, en appelle à votre clairvoyance et sollicite votre arbitrage afin d’imposer les solutions pour le règlement de la crise multidimensionnelle que vit le secteur de la santé en dépit de la politique des reformes qui l’accompagne à ce jour.

 Veuillez croire, votre excellence, en notre pleine confiance et notre parfaite considération. 

                                                                               Alger, Le 22 mai 2012

 

 

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés